Flagrant délit de #mamanselapète

Ça doit vraiment être un truc de meufs, non ? Comparer nos vies ? Ça commence déjà très tôt, savoir qui a la plus belle maison, les parents les plus cools, combien de mecs t’as embrassé et à quel âge, et puis t’étais où en vacances, et pourquoi elle elle est plus maigre que moi (enfin ça, ça n’a pas de fin, si ?)…

Et ça continue plus tard, le job, le mec… LE mec. Celui avec qui tu finis. Forcément tu le compares à celui de tes copines. Le copain de machine est super bricoleur. Quelle chance ! Il ne pète pas les chiottes quand il décide de les réparer, en jurant comme un charretier. Il ne fait sûrement pas d’attaque non plus quand tu lui demandes de percer un trou dans le mur pour accrocher un miroir. Alors oui, bon, ton mec (enfin, le mien, vous avez compris) n’est pas bricoleur. Mais j’ai acquis une certaine sagesse mariétale avec les années. D’abord, personne n’est parfait, moi la première, alors un mec parfait ? Non merci. Ça me laisse l’occasion d’avoir aussi des défauts. Et puis, surtout, je crois qu’on a le mec avec les défauts qu’on est capable de supporter.

Je m’explique. Oui, ma penderie pinterest en échelle de peintre, ça fait un an que je supplie mon mari de la faire, oui ça fait un an que l’échelle attend dans la cave, et oui, le mari d’Augustine, lui, il l’aurait déjà faite depuis longtemps et en plus ce serait encore mieux que sur pinterest parce qu’il te l’aura pimpée (true story. J’ai une copine dont le mari est VRAIMENT comme ça). MAIS. Finalement, j’étais bien contente qu’on ait passé les vacances à faire autre chose (au hasard, à profiter du beau temps pour aller marcher un peu en montagne).

L’objet du délit !

Finalement, je me rends bien compte que je suis un peu (s’il me lit, là, il doit être en train de s’étrangler devant les mots UN PEU) comme lui, à remettre les choses au lendemain. Que si j’avais vraiment voulu, que si ça avait été si important, tout ça, ce serait fait. Alors, voilà, je n’ai pas un mari bricoleur, la belle affaire ! Bien sûr, parfois ça m’embête un peu quand je vois ceux des copines qui font des trucs de ouf. Mais bon, voilà j’ai surtout un mari qui aime faire des tas d’autre choses (et il se trouve que moi aussi j’aime ce tas d’autres choses, ça tombe bien). J’ai un mari qui cuisine (bon, le mari d’Augustine, il cuisine aussi, mais CHUT), qui me fait rire comme personne, qui fait le repassage et m’aide pour le ménage. Et tout ça, par contre, c’est vraiment important pour moi.

Alors, oui, il regarde TOUS LES SPORTS à la télé, le foot comme le biathlon, le curling, le hand, le ski, TOUT. Mais il regarde aussi avec plaisir Le meilleur pâtissier, Top chef, Baby Boom et Danse avec les stars. Il dit qu’il le fait pour moi, mais en vrai, il kiffe vraiment. Tu vois, je n’aimerais pas un mari geek, qui puisse rester enfermé à jouer tout un après-midi ou qui puisse passer des nuits entières sur la console. Mon mec, il joue à Candy crush, voilà son niveau de geekerie. On va se coucher en même temps, et ça aussi, c’est important. Pour moi. Pas forcément pour mes copines. Pas forcément pour toi. Voilà. On a le mec avec les défauts qu’on est capable de supporter. Et pour eux, c’est certainement pareil.

IMG_20170223_162511_558
Love you mon amoureux

Bon comme d’hab je me perds dans mes tergiversations… Quel rapport avec ton titre bon sang ?? J’y viens, j’y viens… Parce que, un jour, avec ton mec pas parfait, vous décidez de faire des enfants. Tu deviens mère. Et alors là… Tu entres carrément dans une nouvelle dimension de la comparaison. C’est IMPOSSIBLE d’y échapper. Si tu as des copines qui ont plus ou moins le même âge que toi, que tu es sur les réseaux sociaux et que tu suis des blogs, c’est obligé que tu compares le tien aux autres.

Ça m’a frappé l’autre jour, lorsque j’ai publié sur mon Facebook la vidéo de Number 1 en train de faire du vélo sans les petites roues. Celui qu’il a reçu à Noël. Moi qui ait fait du vélo sans petites roues à 6 ans bien tassés, j’étais évidemment extrêmement fière de mon garçon de 3 ans qui, en à peine deux heures, maîtrisait totalement la chose, lancement et arrêts compris, slaloms entre les piétons et coups de sonnette joyeux aussi.

Je ne poste plus grand chose sur Facebook et je me suis rappelée pourquoi… Car ça n’a pas loupé !  deux copines ont commenté, en rigolant bien sûr, mais quand même un peu blasées par leurs filles qui en étaient loin et qui pourtant ont le même âge. Prise en flagrant délit de fierté maternelle mal placée, je le savais bien, je me suis empressée de me justifier et de plaider le grand cousin qui a quand même bien montré l’exemple et la draisienne qu’on a (pour de vrai) sorti environ tous les jours depuis que Number 2 est né.

Je me suis justifiée car je savais EXACTEMENT ce que ces mères ont ressenti. Un petit pic au ventre, une très légère, mais bien là, pointe de jalousie.

Et je le sais parce que je l’ai ressentie aussi, cette drôle de jalousie-là. Plein de fois. Number 1 ne dessine pas de bonhomme, ne sait pas colorier sans dépasser, ne connait pas le nom des lettres… Il boit toujours un biberon le matin. Il faut toujours l’aider à manger le soir. Il chante comme une pelle et est incapable de retenir les paroles des chansons apprises à l’école. Il compte 1, 2, 3, 14, 18… Et quand on lui demande son âge, il sait montrer 3 sur ses doigts mais ne sait pas le dire.

Maintes fois je me suis demandée si je le stimulais assez. Me disant que, pour un fils d’instit, quand même, il ne savait pas grand chose comparé à ses camarades ou à ses pairs sur Instagram. Et puis… et puis je me dis que quelque part, Montessori doit avoir raison, non ? (je vous raconterai plus tard ma relation ambiguë avec Maria, ça mérite un article je crois). Qu’il faut guetter les « périodes sensibles » de l’enfant pour qu’il retienne les choses. Et que pour l’instant, sa période sensible, ce qui l’intéresse vraiment, c’est d’être dehors, de faire du vélo, de ramasser des bâtons et de triturer la terre avec.

Alors, je demande à ma sagesse d’épouse d’en passer un peu à la mère que je suis devenue. Arrêter de comparer mes enfants à ceux des autres ? Bien sûr que c’est impossible. Mais essayer de se convaincre que ce qu’arrivent à faire les enfants des autres, ça viendra déjà, ça, c’est à ma portée.

Et puis franchement, entre les nuits pourries, les maladies, les dents, les vomis en pleine face, les vomis dans la voiture, la crise des deux ans, celle des trois ans (y’en a sûrement d’autres mais j’y suis pas encore lol), les cris, les pleurs, les négociations sans fin, la honte au supermarché… j’en passe et des meilleurs (coucou la future maman… ça va bien se passer. T’inquiète)… ben, faut bien qu’il y ait un peu de positif avec ces bêtes-là ! Qu’on se rappelle au moins pourquoi on s’est lancé dans l’aventure ! Et oui, les sourires, les câlins, les bisous, les parties de rigolades et cette fierté de les voir progresser, ça compense largement tout ça.

Alors, soyons fières de nos petits loups ! Fières entre copains, fières en famille, fières sur les réseaux. Fières… de ce qu’ils savent déjà faire, et confiantes quant à ce qu’ils sauront bientôt faire, sans aucun doute !

Et voilà la vidéo en question 😉 So proud of my boy : autant commencer de suite 😉 #mamanselapètegrave

 

14 commentaires sur “Flagrant délit de #mamanselapète

Ajouter un commentaire

  1. Je ne vois pas du tout de quoi tu parles dit celle qui n’a pas pu s’empêcher ce matin de livrer les exploits moteurs et pondéraux de son fils sur IG 🙂 . Non mais de mon côté je me suis bôôôôcoup calmé avec le deuxième j’ai l’impression. Je crois que je me suis suffisamment rendue compte avec le premier de la bêtise de la chose – quand il ne tenait pas sa tête à trois mois, ne marchait pas à 15 mois… j’étais maaaaaal – et maintenant il est tellement à l’aise en tout… ça m’a servi de leçon je crois !
    En tout cas c’est vrai qu’il gère le vélo ton petit ! C’est donc vrai ce qu’on dit sur la draisienne, que c’est un super apprentissage. Manque de bol la nôtre moisit au garage en l’occurence ça ne fait pas partie de ses priorités 😉 .

    Aimé par 1 personne

    1. Lol ! Et moi qui ait pas pu m’empêcher de penser que Number 2 est encore loin de ce que fait déjà Charles ! Je me soigne hein promis 😂
      En vrai je suis plus calme aussi. Je me rends bien compte qu’on ne peut pas avoir un bébé calme et pépère, et en même temps pressé niveau motricité. C’est plus dur pour number 1 je trouve, et ça va pas aller en s’arrangeant avec l’école, j’en ai bien peur… la motricité n’est pas ce qui est le plus valorisé en grandissant. J’espère garder ça dans un coin de ma tête longtemps !
      Et oui, la draisienne c’est top pour ça ! Mais on a appris sans, nous petits, alors je ne pense pas que ce soit un passage obligé 😉

      J'aime

  2. Ah ah, c’est sur, on est toutes pareilles, mais bon, j’avoue essayer de ne pas trop comparer (pour ne pas faire de peine aux autres évidemment, mes filles sont parfaites). Je ne rentre pas trop dans ce jeu là, peu importe ce que font les autres, c’est TES enfants que tu as à gérer, pas ceux des autres, alors, chacun sa partie!

    Aimé par 1 personne

    1. 😘 faut-il vraiment s’excuser ? Je voulais juste rappeler que c’était normal et sain d’être fière et de le montrer ; et que s’est à nous de faire la part des choses… non ? Chaque enfant est différent et tant mieux. Soyons heureux et fiers de nos enfants et de ceux de nos amis ❤

      Aimé par 1 personne

  3. Haha! ton article m’a bien fait rire! Je t’avoue que je n’ai pas trop tendance à comparer mes enfants aux autres (c’est toujours ceux qui crient le plus fort, qui font le plus de colères et le plus de bruit) (imbattables). Bref, j’ai cessé de me faire du mal et je mène ma barque avec mes fauves. Ouf, tout le monde sait nager. En tous cas, pour te rassure, j’ai un mari qui, pour le coup, est très bricoleur, mais il est un peu chiant aussi. Voilà.

    Aimé par 1 personne

    1. Mais comment vous faites ? Moi qui croyait qu’on était toutes pareilles ! En fait je suis la seule à comparer quoi ! Lol. Ben mes pauvres loulous sont pas gâtés avec moi !! 😅
      Par contre pour le mari bricoleur, je suis complètement d’accord, j’ai en tête quelques exemples dont un d’amis qui ne sont pas venus au lac un après midi (alors qu’il faisait méga beau) parce que le mec avait décidé qu’il fallait absolument terminer la terrasse aujourd’hui. Alors oui leur terrasse est finie et magnifique, si j’en avais une elle serait sûrement dans le même état que mes chiottes MAIS on a profité de notre aprem, NOUS 🤣

      J'aime

  4. Juste pour te rassurer en coup de vent…. j’ai une tringle à rideau et des rideau posés dans un coin de ma chambre depuis… deux ans et demi…. 😉

    Ca, je n’irai pas m’en vanter sur les RS 😉 !!!

    J'aime

  5. Je pense qu’il est humain de se comparer. Après, j’ai toujours essayé de ne pas juger les gens et juste me dire que personnellement, ce n’est pas ce que j’aurais fait/aurais choisi mais que chacun fait ses choix.

    En tant que parent, c’est encore différent. On est plus ou moins poussé à comparer car même si chaque enfant est différent, il y a des stades d’évolution cruciaux et il est difficile de savoir s’il faut s’inquiéter ou non. Après, j’essaye de ne pas comparer, de ne pas trop stimuler ma fille, de la laisser découvrir les choses. Ils ont bien le temps pour savoir compter et lire! Et pour chaque aspect où ils peuvent être « en retard » selon la norme, ils seront en « avance » sur d’autres.

    Mais il est effectivement difficile de ne pas comparer et de ne pas s’inquiéter. Je me fais violence et j’essaye un maximum de laisser ma fille évoluer à son propre rythme et selon ses envies.

    Aimé par 1 personne

    1. Je ne juge pas non plus, je suis plutôt comme toi, soit ça m’inspire, ou ça me fait réfléchir, ou comme tu dis, se dire que ce n’est pas ce qu’on aurait fait.
      C’est si péjoratif de se comparer ? Je sais pas.
      En tout cas, on est d’accord, il faut arriver à voir les moments où ils sont en avance ou dans la norme, autant que ceux où l’on les juge en retard ! C’était d’ailleurs ce que je voulais qu’il en ressorte de mon article mais je ne suis finalement pas sûre de m’être fait comprendre lol !

      J'aime

      1. Je ne pense pas que ce comparer soit péjoratif, je pense que c’est tout à fait normal et c’est justement ce qui nous permet de faire un point et d’avancer. La où ça devient péjoratif pour moi c’est quand on se met à juger les autres.

        Mais ton article est très juste sur le fait qu’on n’a pas à s’excuser et à justifier les évolutions de nos enfants.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Commencez votre blog avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :